MonthlyModder Février, Elladan

Bonjour à tous,

Le mois de janvier étant terminé il est temps de laisser cheminer l’année et de passer au mois de février. Et pour ce mois ci, c’est Elladan qui nous a fait l’honneur de nous accorder un peu de temps pour parler de lui, de son entreprise Elladan Creative Mods, et de ses projets.

Voici sa réponse aux différentes questions que nous lui avons posées

1- Que peux tu nous dire un peu sur toi, une tranche d’âge, ton activité professionnelle ….
«Bon, pour commencer, je m’appelle Olivier, sur mes papiers, il est noté bientôt 40 ans, mais je pense qu’il doit y avoir un erreur, donc j’ai bientôt 18 ans…. Côté boulot, j’ai laché mon dernier poste il y a quelques années pour faire papa au foyer et me plonger dans le modding un peu plus sérieusement. Fini d’aller bosser pour quelqu’un à reculons pour profiter de la famille et essayer de faire un « travail passion » qui me correspond plus.»

2- Depuis combien de temps pratiques tu le modding ?
«J’ai toujours été bricoleur, modifiant du matos de musique, les bagnoles, faire des dioramas etc, mais j’ai commencé le modding PC courant 2011, en même temps que mes premiers pas en informatique.»

3- D’où te vient ta passion pour le modding, qu’est ce qui t’a poussé a te professionnaliser ?
«Je pense que ça doit venir du fait que j’aime bien avoir des choses différentes de tout le monde. Mes débuts dans le modding se sont un peu fait par hasard. Je me suis payé début 2011 une belle config en X58 avec Sli et tout ce qui va bien, et en parcourant les forums, j’ai découvert le watercooling. Manque de bol, j’avais un Bitfenix colossus qui n’était pas très adapté… alors j’ai décidé de faire mon propre boitier.
J’avais fait un workblog qui était très suivi, qui m’a permit au passage de prendre pas mal de conseils ( petit clin d’oeil à Cucmag 😉 ), d’avis, de critiques et voilà comment tout a commencé.
Le coté « pro » est venu bien plus tard. Mon fils étant rentré à l’école, j’avais un peu plus de temps pour moi et ma moitié, faisant déjà un « métier passion », m’a un peu poussé à continuer dans cette voie. Vu que je commençais à avoir un peu de demandes, j’ai préféré officialiser le truc en pouvant éditer des factures, fournir un suivi etc…»

4- Compliqué de monter une entreprise dans le modding ?
«Pas vraiment en soit, les démarches pour monter une société avec un statut d’entreprise individuelle sont assez simples, puis ma formation de base m’ont aidé. Le plus fun est d’expliquer aux conseillers le but de ton projet.
Le plus difficile a été de trouver le financement pour le matériel qu’il me manquait ( CNC entre autre ). Ce qui m’a aidé c’est d’avoir déjà un stock de matière première et un important apport en outils.»

5- Où puises-tu ton inspiration ?
«A peu près partout. Une idée peut venir en regardant un film ou une série, en observant des bâtiments, voir même d’une poubelle dans une gare :p.
Vu que j’essaye de ne pas me cantonner à un style particulier, ça me facilite pas mal les choses.
Sinon l’inspiration vient souvent quand je me retrouve à faire des insomnies, comme quoi ça n’a pas que des mauvais côtés.»

6- Par quelles étapes passes-tu lorsque tu élabores un mod ?
«Alors là, c’est très variable. Disons que pour commencer, je vais trouver le thème ou la ligne directrice du projet, choisir de partir sur un mod ou un scratch build et ensuite modéliser ça en 3D. Puis vient le choix des matières que je vais utiliser, choisir le boitier qui sera le plus chiant à modifier, utiliser des idées ou des techniques différentes de ce que j’ai déjà fait et finir par improviser car je ne suis plus du tout le plan initial.
Mais je me soigne, depuis quelques mois maintenant, je bosse avec mes potos Yereckt et Gizmo2poche sur des projets réalisés en collaboration ( Akil’tour ). Donc vu la distance qui nous sépare, l’improviastion n’est pas trop de mise au risque de créer des mauvaises surprises à celui qui prend le relais.»

7- Ton plus gros fail ? (Niveau technique)
«On a besoin de fails pour progresser. Mais mes plus gros fails ont été pendant la phase d’apprentissage d’utilisation de ma CNC, n’étant pas du tout du métier, ça a été laborieux, je ne compte pas le nombre de fraises qui sont parties à la poubelle à la première utilisation, les centaines d’euros de matières qui y sont passées juste pour faire du test, apprendre à connaître les différences entre les plexi coulé, extrudé, makrolon, POM, ABS… ou toutes les nuances d’alu qui ne se travaillent pas de la même façon… bref, ça ouvre la porte aux fails.
Sinon mon dernier fail est tout con… oublier de remettre le joint d’un réservoir cylindrique… c’est que ça se vide vite ces choses là :p »

8- Ta plus grande réussite ? (Niveau technique)
«Je pense que c’est d’avoir réussi à faire du réservoir custom. Ca semble pas très technique à première vue, mais faut bien cogiter à la répartition de la visserie, l’épaisseur/largeur des gorges en fonction du diamètre du joint torique etc.. ça m’a ouvert d’autre possibilités comme les plateaux carte mère avec les chemins de watercooling intégrés entre autres.»

9- Quelle est ta définition du modding ?
«Pour moi, c’est d’apporter des modifications significatives et esthétiques à un boitier. Mettre 2 bandes RGB et un coup de montana ne fait pas un mod. On se retrouve dans le même cas de figures des années 90 entre la Renault 21 tunée Norauto et une Chevrolet Impala préparée par Bill Hines XD
Le modding est avant tout un travail en amont, une bonne dose de reflexion pour pouvoir apporter des modifications harmonieuses qui ne vont pas dénaturer le boitier ( du moins quand on part sur la base d’un boitier ), trouver les matières adaptés.»

10- Essentiellement de quoi a-t-on besoin pour modder ? (En globalité)
«De temps, d’erreurs, de recul, d’autres erreurs et de la patience. Ca ne sert à rien de vouloir faire les choses vite. Il faut apprendre à gérer ses outils, connaitres les matériaux et arpenter youtube pour regarder des tutos, c’est fait pour 😉
Il vaut mieux se faire la main sur des petits projets à la hauteur de ses compétences et progresser sans vouloir aller plus vite que la musique.
Niveau outils, une bonne caisse à outils de qualité, une bonne preceuse, ensuite la dremel reste un des outils de base ( mais qui revient vite très cher en accessoires ). Je conseillerais surtout une scie à chantourner. Ca demande un peu de temps à prendre en main, mais les possibilités sont bien supérieures à une dremel, moins couteux à l’utilisation et un gain de temps incroyable.»

11- A quand l’entrée en bourse d’Elladan Creative Mods ?
«Si mes calculs sont bons… jamais. Déjà en France, le modding n’a pas assez de portée, les personnes préfèrent souvent faire leur accessoires eux mêmes plutôt que de passer par un pro… même si c’est au détriment de la qualité de finition pour gagner quelques euros.
J’en ai eu un peu ras le bol des demandes de devis de backplate custom ou de grilles. Les gens sont capables de dépenser +900€ dans une CG et viennent me sortir que 30/40€ pour une BP custom est trop élevé… soit…
J’ai mis un peu de temps à m’en rendre compte et prendre la décision de ne bosser quasiment que pour les marques. Ce qui du coup implique souvent des deadline de malade… ( exemple conception de deux scratch build/fabrication/intégration en moins d’une semaine ) donc je préfère me cantonner à ce que je fais, bien le faire et ne pas avoir les yeux plus gros que le ventre. Je déclinerais un boulot dont j’estime les délais trop court plutôt que de faire un travail passable.
Donc ECM restera dans son petit atelier où je travaillerais à ma mesure ;)»

Pour clore cet article, on vous laisse sur quelques photos du tout premier mod d’Elladan, et on se donne rendez-vous, la semaine prochaine pour la présentation de notre premier coup de coeur parmis ses projets. Bonne semaine !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*